Sr-Hypnose-Coaching

logo site
pexels pavel danilyuk 8438918

Le coaching, une réflexion évolutive

  • Le contexte – (fonction dénotative ou référentielle) 
  • L’émetteur – (fonction expressive, fonction conative) 
  • Le récepteur – (fonction expressive, fonction conative) 
  • Le canal – (fonction phatique, fonction poétique) 
  • Le message – (fonction phatique, fonction poétique) 
  • Le code – (fonction métalinguistique) 

Dans les années 70, on a découvert le coaching sous un aspect sportif avec le livre d’un pédagogue de Harvard, Timothy Gallwey. Spécialiste du tennis, il a publié un livre qui a fait grand bruit : “The Inner Game of Tennis”  

A cette époque, l’enseignement du sport était fondé sur des principes dirigistes et autoritaristes. Dans cet ouvrage, il a alors complètement cassé les codes en proposant l’idée qu’un entraineur pouvait amener son élève à contrôler ou dépasser ses obstacles intérieurs pour atteindre un niveau optimum de performance et cela sans un apport technique extérieur de l’entraîneur. 

Timothy Gallwey avait en réalité mis le doigt sur le fait que chacun a les capacités en lui pour s’élever : “Le but du travail d’entrainement est de libérer le potentiel du joueur, pour le porter à son niveau de performance optimal. Il s’agit de lui apprendre à apprendre par lui-même, plutôt que de lui faire ingurgiter un savoir extérieur”. 

D’où vient le mot coach ? 

Le terme coach vient du verbe anglais to coach qui signifie « entraîner » dans le domaine sportif ou « faire répéter un rôle » dans le domaine artistique. Il est issu étymologiquement du français « coche » (lui-même dérivé d’un mot hongrois Kocsis, diligence) qui au XVème siècle était une voiture de transport de voyageurs tirée par des chevaux et conduite par un « cocher ». Dans l’antiquité, le cocher au cours des batailles conduisait le char au côté du prince. Leur rôle à chacun, tel parfois le coach, évoque bien celui du « guide » qui accompagne ses passagers d’un point à un autre en leur faisant franchir les obstacles. 

En conclusion, l’histoire du coaching est une histoire d’adaptation constante aux besoins changeants de la société. Il a évolué de manière significative pour devenir une profession respectée et recherchée, avec un impact positif sur la vie de nombreuses personnes et sur le monde des affaires. L’avenir du coaching promet de nouvelles avancées et innovations à mesure que la demande pour ce service continuera de croître.

Séverine RAMBEAU

graph coaching
Le coaching est une adaptation sociale pour répondre aux besoins de la société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé ! Droits © Sr-hypnose-coaching.com